L’Abbaye Saint Marie de Valbonne

abbaye ancienne facadeC’est sur les terres d’un vallon isolé, au lieu dit, Gourdneuf, dépendant de Sartoux, en bordure de la Brague petit fleuve côtier, offertes par Olivier évêque d’Antibes ( charte du 6 février 1199 ) à l’Abbaye de Prads Faillefeu, que Guillaume, abbé, fonda l’Abbaye de Sainte Marie de Valbonne.

Très vite Sainte Marie de Valbonne se trouva dotée d’un Patrimoine foncier important provenant tant de dons des seigneurs avoisinants que d’acquisitions. Hélas, sa gestion s’avéra rapidement désastreuse. Déjà Chalais, Abbaye mère était dans un triste état ; le spirituel et le temporel laissaient à désirer, la pauvreté avait engendré l’anarchie et avait atteint la majorité de l’Ordre. Valbonne ne fit pas exception. Considérant que leur Abbé Martin abusait de son autorité, les moines le déposèrent en 1285.

En 1290, l’Abbaye de Prads réclama et obtint de l’évêque de Grasse l’Abbaye de Valbonne que ce dernier maintenait sous sa garde ; ne pouvant parvenir à restaurer l’ordre, l’évêque de Grasse dut à nouveau en assurer la direction.

En 1297, l’Abbé Bertrand Conort unit purement et simplement son Abbaye au monastère de Sainte André d’Avignon, mais l’évêque et le Chapitre de Grasse refusèrent de ratifier cette affiliation. Ils l’offrirent en 1303 à l’Abbaye de Lérins, qui désirait englober Sainte Marie et ses territoires dans ses possessions, en échange du prieuré de Sainte Amboise de Gourdon, la directe du château de la Napoule et quatre livres de rente à prendre sur Saint Vallier. L’acte fut dressé le 23 février 1297, mais ne fut jamais exécuté

Plan de LAbbaye

Histoire de l’Abbaye de VAlbonne

L’abbaye de Valbonne est l’exemple parfait de l’art roman chalaisien, très proche de l’art primitif cistercien simplifié : chœur plat, nef unique, une seule chapelle aux bras des transepts. L’austérité de l’ordre se traduit par la vie communautaire des moines et des convers : pour se rendre aux offices ces derniers entrent par la porte des convers donnant directement du cloître dans l’église au niveau de la première travée de la nef ; leurs repas sont pris en commun ; leurs dortoirs respectifs sont desservis par un escalier extérieur commun. De petites dimensions en raison du nombre modeste des membres de la communauté – 15 à 30 maxi – on est frappé par le soin et la qualité du matériau utilisé pour la construction de l’église abbatiale : pierre de taille provenant du site proche de la « Baïsse », égalisée au ciseau et à l’aiguille, s’ajustant à mors vif presque sans mortier ; quant aux bâtiments conventuels qui prolongent le transept sud, ils sont construits très modestement en pierre de blocage tout venant et mortier de chaux moins coûteux . D’étroites fenêtres romanes en pierre de taille scandent la façade de l’étage.

Implantée au bord de la rivière « la Brague », dans un vallon isolé et boisé c’est une abbaye de plaine obéissant à la règle chalaisienne de solitude et de silence, mais répondant aux nécessités des chalaisiens à la fois bûcherons et pasteurs. Dans leur ensemble et leur configuration, les bâtiments conventuels sont bien conservés. Les travaux de restauration commencés depuis 1970 se poursuivent ; la reconstruction des voûtes ruinées du dortoir des moines se termine.

-29Les bâtiments sont groupés autour d’un petit cloître rectangulaire de 18m 30 de large sur 21m 50 de long. Le transept sud communiquait avec une sacristie au rez-de-chaussée, à laquelle faisait suite la salle capitulaire ; du passage des moines donnant dans les jardins on accédait à la salle de travail ou chauffoir (scriptorium).

A l’étage toute la longueur du bâtiment est occupée par le dortoir des moines et la salle des archives ou chambre de l’abbé qui jouxte le transept ; ouvrant sur un escalier de bois, une porte ménagée dans le mur de cette chambre permettait d’accéder directement dans l’église pour l’office de matines. Là encore l’existence du dortoir se rapproche tout à fait de la spiritualité cistercienne s’opposant aux cellules cartusiennes.

En retour dans l’aile opposée à la nef se trouvaient au rez-de-chaussée les communs, cuisine et réfectoire et à l’étage le dortoir des convers.

Dans l’angle sud est du cloître à l’étage deux portes d’angle donnant l’une sur le dortoir des moines, l’autre sur celui des convers ouvraient sur l’escalier extérieur vraisemblablement en bois, disposition connue dans les abbayes grandmontaines. Le troisième côté du cloître était fermé par une galerie ou plus probablement par un simple mur de clôture.

Le quatrième côté est formé par le mur de la nef. Entre la porte des convers et l’angle du croisillon où s’ouvrait la porte des moines on peut admirer un très bel armarium (bibliothèque) voûté en plein cintre, à double ouverture rectangulaire sous un linteau droit, et deux faux tympans jumeaux en retrait.

Il ne reste aucun vestige du cloître ; l’existence de corbeaux atteste de son existence passée.

-166

Nous vous proposons de faire un petit tour de l’Abbaye Sainte Marie de Valbonne au travers de l’album photos.

-17

Venez à Valbonne visiter notre Abbaye le détour en vos la chandelle.

Un petit tour à Valbonne village !
  • nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image nivo slider image
Visiteur de l'A.C.A.V.
- Visiteur N°: 12182
- Visiteur en ligne : 0
- Visiteurs Aujourd'huit : 15
Foire aux santons Valbonne
Foire aux santons Valbonne
La crèche de Noël 2014
La crèche de Noël 2014
Le Musée de L’Abbaye de Valbonne
Le Musée de L’Abbaye de Valbonne
Abbaye et chapelle St Esprit Valbonne
Abbaye Sainte Marie de Valbonne et la Chapelle Saint Esprit
Notre partenaire: Pêches et Traditions
Photos et vidéos reportage du Pays Niçois